Le Certificat Restreint de Radiotéléphoniste

Lors de navigations à l’étranger, l’utilisateur d’une VHF, qu’elle soit fixe, portable, avec ou sans ASN, doit obligatoirement détenir le CRR.

Les conditions pour se présenter

- Avoir 16 ans minimum et être francophone

La formation

Entièrement théorique, deux solutions sont possible pour préparer l’examen. Soit en tant que candidat libre en téléchargeant le manuel de préparation gratuit sur www.anfr.fr ou alors en suivant un stage de formation dans un bateau-école. Durant une demi-journée et coûtant une centaine d’euros cette alternative est fortement recommandée aux novices. En revanche, pour les marins confirmés et les personnes plus autonomes, la présentation en tant que candidat libre est tout à fait envisageable, le programme restant très abordable.

Le programme

A portée de tous, il inclus toutes les connaissances générales liées au service mobile maritime, au SMSDM (Système mondial de détresse et de sécurité en mer), à l’alphabet international, à l’utilisation pratique de la VHF avec ASN (Appel selectif numérique), aux procédures à suivre en cas de détresse, etc.

L’examen

Se déroulant dans les locaux de l’ANFR et d’une durée de quarante-cinq minutes, il s’agit d’un questionnaire à choix multiple (QCM) de vingt questions. Répartit en trois parties (généralités du service mobile maritime, radiotéléphonie VHF et utilisation pratique de la VHF ASN), la moyenne est obligatoire pour chaque section afin d’obtenir le certificat restreint de radiotéléphoniste.

La composition du dossier d’inscription

-Formulaire disponible sur www.anfr.fr

-Chèque de 78 €

-Photocopie d’une pièce d’identité

-Deux photographies d’identité

A savoir

-Le CRR maritime est valable sur les voies fluviales, mais l’inverse ne l’est pas.

-La VHF n’est pas obligatoire à bord, et ceci même dans le pack hauturier. Elle peut être remplacée par trois fusées parachutes et deux fumigènes flottants et par un autre dispositif permettant de recevoir les prévisions météorologiques marines.

- L’utilisation d’une VHF est interdite à terre

Pour les CRR obtenus avant la réforme de juin 2005

Les personnes concernées n’ont pas besoin de repasser l’examen. En revanche, il leur est conseillé d’actualiser leurs connaissances en lisant le manuel de préparation et notamment les nouvelles rubriques concernant l’apprentissage des compétences liées au maniement de la VHF avec ASN, ainsi que les connaissances générales sur les techniques de SMDSM.

La licence : obligatoire et gratuite

Tout détenteur d’une VHF (fixe ou portable) doit faire une demande de licence d’exploitation. Celle-ci détaille tous les matériels radio électriques installés à bord et permet en cas d’appel de détresse ou d’assistance d’organiser les secours. Cette licence mentionne de façon précise l’état signalétique du bateau, son nom, ainsi que son indicatif d’appel et les caractéristiques générales de l’installation. Permettant d’identifier le navire en cas de problème, il est alors strictement interdit d’utiliser une VHF sur une autre embarcation que celle de la licence correspondante. Attribuée au navire, la licence restera affectée à celui-ci en cas de changement de propriétaire. Le renouvellement est annuel et toute modification doit être notifié auprès de l’ANFR.

Formulaire téléchargeable sur www.anfr.fr

Le MMSI (Marine mobile service identity)

Il s’agit d’un numéro individuel d’identification composé de neuf chiffres et attribué à chaque navire participant au SMDSM (Système mondial de détresse et de survie en mer). Programmable sur toute VHF avec ASN, balise de détresse et système de communication par satellite, ce numéro permet aux organismes de sauvetage, d’engager les moyens adaptés en fonction du bateau identifié. Tout changement de matériel à bord doit être signalé auprès de l’ANFR. De plus, pour toute demande de MMSI, l’utilisateur doit déjà posséder une licence pour son navire.

Formulaire téléchargeable sur www.anfr.fr