Naviguez éco >10 astuces pour réduire sa consommation

Avec un prix à la pompe qui ne cesse d’augmenter mieux vaut ménager sa consommation de carburant lors des sorties en mer. Voici donc les bonnes questions à se poser et les réflexes à adopter pour réduire la facture lors du passage à la station.


Mon bateau est-il bien motorisé ?

Cette question peut paraître étrange, mais certains plaisanciers naviguent sur des bateaux sous motorisés. En effet, si vous avez toujours besoin d’accélérer à fond pour atteindre une vitesse raisonnable, c’est que la puissance du moteur s’avère trop faible pour l’embarcation.

Mon hors-bord est-il monté à la bonne hauteur ?

Le rendement sera logiquement moins efficace si votre hors-bord n’est pas installé à la bonne hauteur sur le tableau arrière. Un montage trop bas se traduit par la projection de gerbes d’eau de chaque côté de l’embase. A l’inverse, un moteur trop haut engendre une ventilation récurrente de l’hélice lors des virages. En règle générale, pour une bonne installation, la plaque anti-ventilation du hors-bord doit être alignée avec le fond de la coque (ou légèrement au dessus de 3 cm max.) lorsque le trim est en position neutre.

Mon moteur est-il bien entretenu ?

Bien évidemment, un entretien régulier et sérieux du moteur évitera des consommations excessives de carburant. Le guide constructeur de votre moteur vous indiquera les fréquences de révision, qui varient en fonction du nombre d’heures de navigation annuelle et de l’age du moteur.

Mon hélice est-elle bien adaptée ?

Élément primordial, une hélice se choisit en fonction du type de bateau, de sa motorisation et du programme de navigation de l’utilisateur. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Ma carène est-elle propre ?

Les œuvres vives du bateau influent considérablement sur ses performances. Une carène sale augmente fatalement la traînée et fait facilement perdre quelques nœuds, tout en augmentant la consommation de carburant. Un nettoyage régulier au jet à haute pression ou un coup d’éponge lors des baignades est donc une bonne habitude à prendre.

J’utilise le trim et/ou les flaps

Jouer sur l’assiette du bateau en fonction des conditions de navigation contribue à améliorer  la vitesse , la consommation et la stabilité du navire. Pour apprendre à bien régler le trim et les flaps, cliquez ici.

Je contrôle le chargement du bord

Qu’il s’agisse de personnes ou de matériel, faire attention à ne pas surcharger son bateau et à bien répartir les masses améliorera l’équilibre et donc les performances de l’embarcation. Le poids maximale autorisé à bord est indiqué sur la plaque constructeur.

Je pilote en douceur

Eviter les accélérations brutales et de pousser la manette de gaz à fond en permanence participent logiquement à l’économie de carburant. Au delà de 80 % du régime maximal moteur, la consommation de carburant explose considérablement, pour seulement quelques nœuds de plus. Rester sous ces 80 %, vous fera donc économiser de précieux litres.

Je prépare mes navigations

Anticiper ses trajets de navigation en préparant sa route pourra vous éviter de parcourir des milles inutiles. Aussi, consulter la météo avant de partir vous donnera une bonne indication des conditions à venir. En effet, le courant, les vagues et le vent sont des éléments influant considérablement sur la consommation de carburant, car en fonction de leurs directions par rapport à votre cap, ils peuvent vous faire économiser ou, à l’inverse, vous faire consommer de nombreux litres en plus.

Je surveille les instruments électroniques

De nos jours, les instruments électroniques permettent de surveiller de nombreux paramètres en navigation. Consommation instantanée, vitesse, distance parcourue, etc. sont autant de données qui peuvent aider à naviguer de manière économique. Alors gardez un œil sur les cadrans !