Essais

  • Reading: Sessa-C 32 > Cabriolet habitable

Cabin-cruiser

Sessa-C 32 > Cabriolet habitable

Par : VB - Photos : Sessa & K.Glieber

Avis de la rédaction   leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Avis des plaisanciers leftrightleftrightleftrightleftrightleftright

Comparer ce modèle Voir la vidéo Ajouter à ma séléction Donner son avis Revenir aux résultats

Après la Sessa C 38 et C 35, le chantier italien dévoilait la Sessa C 32 au Nautic de Paris 2010. Dessiné comme ses prédécesseurs par Christian Grande, ce cabin-cruiser de 9,75 mètres de longueur offre des aménagements et des équipements assez complets pour sa taille. En effet, le cockpit présente un agencement bien pensé et de surcroît surplombé par un toit ouvrant. Pour sa part, l’habitacle renferme tout le confort nécessaire pour s’évader en croisière jusqu’à quatre personnes. Embarquement immédiat !

Présentée en version prototype au Nautic de Paris 2010, c’est au Festival de la Plaisance de Cannes 2011 que nous avons pu apercevoir la Sessa C 32 dans sa version définitive exposée à flot. Élégante, la Sessa C 32 reprend les mêmes codes esthétiques que la C 38 et la C 32, à savoir une coque effilée dotée de petits hublots ronds ainsi qu’une une timonerie ceinturée par de grandes surfaces vitrées et recouverte par un toit ouvrant, un équipement toujours appréciable en méditerranée.

Un cockpit confortable et protégé
Sur le pont, la Sessa C 32 présente une large plateforme arrière très pratique pour embarquer depuis le quai, mais surtout idéale pour les séances de baignade. Sur tribord, un petit portillon mène au cockpit qui s’avère bien protégé par de larges vitres. L’arrière bâbord de ce cockpit reçoit un salon en U dans lequel cinq personnes peuvent s’attabler confortablement. De plus, la table en bois s’abaisse manuellement pour former un solarium de 165 x 170 cm. Enfin, une simple pression sur un bouton situé sur le tableau de bord fait basculer le salon entier vers l’arrière, dévoilant ainsi la vaste cale moteur offrant beaucoup d’espace de stockage. Face à ce salon, une kitchenette est logée sur tribord. Elle dispose d’un évier d’un placard de rangement et d’un réfrigérateur en option. La partie avant du cockpit reçoit sur la gauche une banquette en L qui fera aussi office de méridienne grâce à son gros dossier. Mesurant seulement 1,10 mètres de long, cette banquette offre tout de même la possibilité de s’installer confortablement et à l’abri derrière le pare-brise. En revanche, unique assise pour le co-pilote, cette banquette ne propose pas le même maintien qu’un siège en navigation, d’autant plus qu’aucune main courante n’est présente à cet endroit. En face sur tribord, le tableau de bord s’accompagne d’un beau siège de pilotage, mais nous reviendrons en détail un peu plus tard sur ce poste de barre. Enfin, toute la partie avant de ce cockpit est surplombée par un toit ouvrant de grande dimension. Il est constitué d’une toile se repliant en accordéon lors de son ouverture. Cette dernière manuelle et d’ailleurs assez simple à effectuer, l’ensemble étant monté sur des rails coulissants. De surcroît, le fait de ne pas disposer d’ouverture électrique offre certains avantages tels qu’un poids raisonnable et la certitude de toujours fonctionner.
Pour monter sur le pont avant, des passavants latéraux et symétriques longent chaque côté de la timonerie. Certes assez étroits avec seulement 15 cm de largeur, ces passages sont malgré tout accompagnés de longues mains courantes fixées le long du toit afin de sécuriser les déplacements. Sur le pont avant bien ceinturé par de hauts balcons, un vaste bain de soleil (208 x 155 cm) composé de deux matelas optionnels peut accueillir un couple pour la bronzette. A la proue, la baille à mouillage affiche des dimensions correctes et le balcon avant dispose d’une marche en bois qui facilitera les embarquements depuis le quai.

Un habitacle spacieux et bien équipé
Dans le cockpit, une porte coulissante de 46 cm de large mène à l’habitacle situé en contrebas. A l’intérieur, la sensation d’espace est bien restituée grâce à une hauteur sous barrots convenable (188 cm). De plus, les panneaux de coque longitudinaux et l’utilisation de couleurs claires pour la décoration participent à la luminosité intérieure. Sur la gauche, la cuisine équipée s’avère très accueillante pour un bateau de cette catégorie. Le plan de travail est spacieux puis de nombreux placards permettent de ranger le nécessaire pour mijoter des plats en croisière. Notez d’ailleurs qu’un grand réfrigérateur de 130 litres accompagne cette cuisine, il est logé en face à proximité de la salle d’eau.Très soignée comme souvent chez Sessa, cette salle de bain reçoit une hauteur sous barrots de 172 cm et tout l’équipement utile (évier, douche, WC électrique, placard et hublot) pour des navigations sur quelques jours. Dans la pointe avant du bateau , le salon en U s’avère convertible en couchage double de 180 x 170 cm en abaissant facilement la table montée sur un pied télescopique. Enfin, pour le rangement, les banquettes de ce salon dissimulent des coffres de stockage.
A gauche de la descente, une porte donne accès à la cabine de l’armateur. Située sous le cockpit extérieur cette mid-cabin ne s’avère pas très lumineuse car seul deux petits hublots de coque laissent entrer les rayons du soleil. En revanche, le couchage présente des dimensions très acceptables (217 x 156 cm) et renferme un coffre de belle contenance au niveau de la tête de lit. Pour conclure une penderie placée près de l’entrée complète l’inventaire de la cabine.

Une bonne carène, mais des moteurs bruyants
Equipé de 2 x 200 chevaux Volvo Penta D3, la Sessa C 32 accroche la vitesse maximale de 32,8 nœuds à 3 900 tr/min dans le petit clapot de la baie de Cannes. Au régime de croisière de 3 500 tr/min, le bateau évolue à 26,5 nœuds, ce qui constitue une allure plutôt convenable. Avec ces deux moteurs diesel, la Sessa C 32 déjauge en 11,5 secondes, soit aux alentours de 20 nœuds. Lors du déjaugeage, le bateau se cabre raisonnablement et le pilote conserve toujours une vision dégagée vers l’avant. Pour ceux qui préfèrent des accélérations franches et plus poussives, nous vous conseillons d’opter pour les blocs essence de 2 x 270 chevaux disponibles au catalogue, mais attention à la taxe de francisation augmentera franchement. En courbe, le bateau révèle une grosse gîte, ce qui n’est pas forcément un inconvénient, mais un comportement qui mérite d’être souligné. Enfin, la carène retombe en douceur après les vagues et le passage dans le clapot se montre efficace. Bien situés, le volant et les commandes de gaz offrent une position confortable pour le pilote qui s’avère bien calé dans son siège (50 cm de large). Le maintien latéral de l’assise est d’ailleurs appréciable. En revanche, même si le pare brise permet une bonne visibilité vers l’avant, les montants latéraux peuvent gêner la vision lors des virages. En effet, assez larges et bien avancés dans le cockpit, ces derniers sont à prendre en compte lors des changements de cap. Ne laissant qu’un seul emplacement pour ajouter de l’électronique supplémentaire, le tableau de bord permet une bonne lecture des cadrans que le barreur soit assis ou debout. À ce sujet, pour piloter debout, le siège présente une assise relevable. En outre dans cette position, naviguer le toit ouvert se révèle vraiment très agréable et suivant votre taille, votre regard se portera au-dessus ou en dessous du montant supérieur transversal du pare brise. Enfin, les hublots latéraux placés à hauteur des yeux se révèlent très pratiques pour regarder sur le côté lorsque le barreur est debout, voilà qui est bien vu. Enfin en dernier lieu, les moteurs nous ont paru assez bruyants, le niveau sonore n’étant pas tellement feutré dans le cockpit, et cela que le toit soit ouvert ou fermé.

En conclusion, la Sessa C 32 affiche des lignes réussies pour un bateau volumineux et donc particulièrement habitable. Les aménagements et les équipements du bord sont intelligemment disposés et de belle manufacture. En ce qui concerne les performances en navigation, le bateau offre de belles prestations grâce à sa carène de qualité. Seul petit défaut à notre goût, les montants latéraux de la timonerie qui peuvent gêner la vision du pilote et la motorisation diesel assez sonore.

A partir de : 173 420 €
(avec 2 x 270 ch Volvo 5,0 GXi DPS)

Fiche technique

Catégorie bateaux Cabin-cruisers
Long. hors tout 9,75 m
Long. de coque 9,50 m
Largeur 3,00 m
Poids 5 200 kg
Puissance cons. 2 x 200 ch
Puissance maxi 2 x 270 ch
Transmission In-board
Capacité carburant 515 l
Capacité eau 110 l
Cabine(s) 1
Couchage(s) 4
Salle(s) d'eau 1
Homologation B/8 pers.
Garantie 3 ans
Constructeur Sessa Marine
Import./distrib. réseau




L'avis de la rédaction

Qualités marines leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Confort de pilotage leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Performances leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Confort à bord leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Circulation à bord leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Capacité de rangement leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Equipement version standard leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Design leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Détails des finitions leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Rapport Qualité/prix leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
NOTE leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
-Volume d'habitabilité
-Toit ouvrant
-Rangements
-Motorisation sonore

Droits de francisation

Coque : 178 €
Moteur : 455 € (avec 2 x 200 ch Volvo D3)/2 024 € (avec 2 x 270 ch Volvo 5.0 GXi)