Actualités

  • Reading: L’actionnaire principal de Couach assassiné sur son yacht

Affaire énigmatique

L’actionnaire principal de Couach assassiné sur son yacht

publié le 22 août 2011


Un bruit sourd et un verre de champagne qui se brise au sol : Fabrice Vial, patron du groupe éponyme de menuiserie discount et actionnaire principal du fabricant de yachts de luxe Couach, s’écroule sur le pont arrière du Team VIP, un 37 mètres ancré dans le golfe de Porto-Vecchio.

Ce vendredi 12 août, il est une heure du matin et la vie de cet entrepreneur de 43 ans – 146e fortune française – s’achève sous les yeux effarés de trois amis qu’il a conviés à bord. Une balle vient de l’atteindre sur le haut du dos. Une seule balle. Fatale. Mais tirée par qui et pourquoi ? L’auteur du coup de feu se trouvait-il à terre ou a-t-il embarqué sur un semi-rigide pour s’approcher du Team VIP? Une source proche de l’affaire évoque la présence du tireur à environ dix mètres de la victime. Ce qui laisse supposer que l’assassin était sur un bateau. Au moins un témoin aurait parlé de la présence d’un semi-rigide avec à son bord deux individus. Ce soir-là, la mer était d’huile. Il n’y avait pas de vent. La pleine lune éclairait le plan d’eau… Du côté des enquêteurs, c’est le black-out total. Rien ne filtre. Le parquet d’Ajaccio ne confirme pas cette hypothèse se réfugiant dans un profond mutisme. Cette affaire reste des plus mystérieuses…

Départ à la dernière minute en jet privé
D’abord parce que ce séjour en Corse a été improvisé à la dernière minute. Tout a été organisé le mardi précédent à la sortie du tribunal de commerce de Toulon. Ce jour-là, Fabrice Vial se présente avec ses avocats dans le cadre d’une procédure de sauvegarde engagée depuis le début de l’année pour le groupe Vial. L’entreprise a enregistré des pertes et elle doit être réorganisée. Les obligations doivent être transformées en actions. L’entrepreneur craint un nouveau report préjudiciable au groupe. Les juges varois tranchent en sa faveur. La proposition est acceptée. Le jugement est fixé au 22 septembre. Soulagé, Fabrice propose à deux de ses avocats – Mes Fradet et Lantourne – de rejoindre l’Ile de Beauté. Les trois hommes décollent en jet privé de l’aéroport de Hyères, direction Figari. Me Lantourne les quitte une fois arrivé à destination. Les deux autres vont passer leur journée entre Bonifacio et Porto-Vecchio.

Une jeune fille rencontrée en boîte
Le mardi et le mercredi soir, ils prennent la route, en pleine nuit, pour regagner la Via Notte, où ils vont croiser dans le carré VIP Jean-Marie Messier. C’est d’ailleurs là que Fabrice fait la connaissance d’une jolie jeune fille. Elle a 23 ans. Elle ne le quitte pas des yeux. Lui, charmeur, séparé de son épouse depuis des années, l’invite à sa table. Elle sera invitée sur le bateau la veille du drame. Ce même jour, Me Fradet quitte le Team VIPpour aller chercher sa compagne à l’aéroport de Figari. Fabrice Vial est alors le seul passager à bord.

Le soir, les deux couples restent à bord. Un repas a été préparé par le chef. Ils ne sortent pas. La soirée s’achève. Tout est calme. Jusqu’à ce qu’un bruit cristallin brise ce silence. Il est une heure. L’avocat et sa compagne somnolent dans le salon. À cinq mètres d’eux, sur le pont arrière, Fabrice Vial les regarde. Les mains en avant. La jeune femme rencontrée à la Via Notte est assise à ses côtés. D’un coup l’homme s’écroule. Le chef d’une entreprise cotée en bourse vient d’être abattu d’une seule balle.

Nice-matin, le 20 août 2011