Actualités

  • Reading: Contrôles en mer > 58 plaisanciers en infraction

Hérault

Contrôles en mer > 58 plaisanciers en infraction

publié le 4 août 2011


On pourrait appeler cela le “syndrome Leonardo Di Caprio” ! Vous savez, quand il s’époumone : “Je suis le roi du monde…” dans Titanic. Eh bien, force est de constater que certains plaisanciers, épris de liberté et subitement avides de sensations extrêmes, présentent la même pathologie lorsqu’ils se retrouvent aux commandes d’une embarcation à moteur, face à l’immensité de la Grande Bleue.

Et ce, au risque d’oublier toutes les règles élémentaires de navigation ! Pour tenter d’endiguer le phénomène, la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM 34), la gendarmerie maritime, la brigade nautique côtière de la gendarmerie départementale, la police nationale (CRS) et les douanes veillent au grain en multipliant les contrôles quotidiens.

Hier, une opération de sensibilisation et de vigilance renforcée, chapeautée par Frédéric Blua, administrateur de la DDTM 34, a d’ailleurs mobilisé l’ensemble de ces services de sécurité maritime. Une surveillance active ciblée sur le Cap d’Agde toute la matinée, avant de s’étendre de Valras-Plage jusqu’à Palavas, l’après-midi. Avec comme double objectif : prévenir les plaisanciers insouciants mais également les sanctionner en cas de conduites à risque.

Si les vitesses excessives au sein de la bande dite des 300 mètres constituaient une des priorités de la journée, les forces de l’ordre ne se sont pas arrêtées à cela. Détention du titre de propriété et du permis de conduire, port du gilet de sauvetage muni de son système de flash lumineux, matériel de sécurité aux normes, système VHF allumé, obligation de couper les nageoires caudales pour les pêcheurs plaisanciers… Tout y est passé.

Au bilan de cette journée, si les avertissements furent le maître mot, sur 113 contrôles effectués, 58 infractions ont été constatées et 15 procès-verbaux ont été dressés. Parmi eux, cinq plaisanciers ont fait l’objet d’une convocation devant la commission de suspension des permis de bateau, qui se réunira la semaine prochaine. L’objet de leur délit : un excès de vitesse, deux navigations en zone interdite et deux défauts de matériel de sécurité.

L’un pour un couple qui naviguait avec ses deux enfants sans brassière de sécurité et l’autre à l’encontre d’un propriétaire d’un bateau d’une capacité de douze personnes, contrôlé avec quatorze individus à bord… sans gilet de sauvetage !

Midi-Libre, le 4 août 2011