Essais

  • Reading: Sea Ray-235 Weekender > Petite croisière abordable

Cabin-cruiser

Sea Ray-235 Weekender > Petite croisière abordable

Par : VB - Photos : Karl Glieber

Avis de la rédaction   leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Avis des plaisanciers leftrightleftrightleftrightleftrightleftright

Comparer ce modèle Ajouter à ma séléction Consulter les avis Donner son avis Revenir aux résultats

Le Sea Ray 235 Weekender permet de s’évader le temps d’un week-end grâce à un équipement complet pour la petite croisière en couple. Dotée d’une cabine double bien aménagée et d’un cockpit confortable pouvant recevoir une kitchenette en option, ce bateau au prix raisonnable constitue une belle opportunité pour s’adonner aux joies de la navigation.

Dévoilé au dernier Nautic de Paris, le Sea Ray 235 Weekender devient le plus petit cabin-cruiser du chantier américain qui comporte dans son catalogue une quarantaine de modèles s’étendant de 5,33 à 18,75 mètres. Affichant des lignes fluides et sportives malgré la présence d’une cabine dans la pointe avant, le 235 Weekender offre une silhouette élégante et bien proportionnée pour une coque de seulement 6,68 mètres.

Un cockpit très sécurisant
Pour débuter, le bateau reçoit une grande plateforme arrière de 180 x 64 cm renfermant sur tribord une échelle de bain télescopique. Vaste et recouverte de teck en option, cette plage de bain dotée d’un deuxième niveau sera très pratique pour s’asseoir afin de chausser des skis ou préparer son matériel de plongée par exemple. Sur bâbord, un petit portillon mène au profond cockpit. En effet, protégé par des pavois de 80 cm, ce dernier est un modèle de sécurité pour ses occupants. Côté confort, un salon en L affiche des dimensions de 195 cm pour la banquette adossée au tableau arrière et de 150 cm sur le côté tribord. Optionnelle, cette assise latérale dissimule en outre une glacière de 34 litres toujours appréciable pour conserver les boissons au frais. Pour sa part, la banquette arrière recouvrant la cale moteur détient des extrémités amovibles permettant de dégager de l’espace dans le cockpit, voilà qui plaira aux pêcheurs. De plus, elle renferme aussi sous son assise la table de cockpit accompagnée de son pied amovible, l’ensemble rangé dans un logement très pratique prévu à cet effet. Sur bâbord, un bloc cuisine disponible en option présente un évier en inox, un feu à gaz, un réfrigérateur et un placard. Concernant les rangements du cockpit, le plancher renferme un coffre de belle dimension mais peu profond ainsi que plusieurs équipets assez vastes dans les pavois. Bien protégés des embruns derrière le pare-brise, le pilote et le co-pilote sont confortablement installés dans des sièges baquets pivotants, réglables d’avant en arrière et dont les assises de 45 cm de large sont relevables. Pour se rendre sur le pont avant, il est nécessaire de fermer la porte coulissante de la cabine qui intègre trois marches moulées donnant accès au passage central du pare-brise. A la proue, la baille à mouillage peu recevoir un guideau électrique en option, le davier est conséquent et le balcon avant présente une ouverture facilitant les transbordements depuis le quai.

Une cabine spacieuse pour deux personnes
Agréable, l’habitacle s’avère assez lumineux grâce à la porte coulissante de 46 cm de large et aux trois hublots disposés sur le pont avant et la coque. Cette cabine, dont la hauteur sous barrots atteint 140 cm à l’entrée, renferme un salon en U doté d’une table amovible en bois de 60 x 53 cm permettant de convertible l’ensemble en un vaste lit de 230 x 166 cm. Sachez qu’en configuration couchage, la distance mesurée entre le matelas et le plafond est de 90 cm. Enfin des rangements sous le lit, des équipets le long de la coque, un petit placard et une penderie logée sur bâbord offrent de nombreux emplacements pour stocker du matériel. Pour terminer l’inventaire, des WC chimiques compris dans l’équipement de série sont logés sous l’assise tribord montée sur charnières.

Un réel confort de pilotage
Derrière la barre, le pilote est confortablement installé dans un siège baquet disposant d’une assise relevable et d’un réglage d’avant en arrière permettant de barrer agréablement debout. De plus, avec un volant réglable de haut en bas, le poste de pilotage peut aisément s’adapter à de différents gabarits. Un détail non négligeable si plusieurs personnes utilisent le bateau. En navigation, la direction et la manette de gaz, pourtant à câble, sont d’une grande douceur à manipuler. Fixée au pavois, la manette est placée assez proche du volant, une configuration très ergonomique pour les manœuvres de port. Lisible et équipé de toute l’instrumentation nécessaire, le tableau de bord ne dispose pas de suffisamment d’espace pour intégrer des cadrans supplémentaires. Seule solution, installer des appareils électroniques amovibles munis de support de fixation. Motorisé lors de nos essais de 260 chevaux Mercruiser 5.0 L MPI couplé à une embase Bravo 3, puissance intermédiaire proposée par le constructeur, le Sea Ray 235 Weekende raccroche sans peine les 38,9 nœuds pour une consommation de 68,8 l/h. Capable de virer court, le bateau présente une belle gîte en virage et se révèle très maniable. La coque retombe bien dans le clapot et les sensations de pilotage sont plaisantes. Cependant lors du déjaugeage, le bateau se cabre franchement et par conséquent le pont avant obstrue la vision du pilote si ce dernier est assis. Nous vous conseillons donc de rester debout en relevant l’assise du siège durant les phases d’accélération. Enfin à partir de 20 nœuds, attention au dosage du trim, car si ce dernier est trop positif, la carène tend à marsouiner. Rien de bien grave, mais ce comportement mérite d’être souligné car peu agréable pour les occupants du bord. Pour y remédier, rien de plus simple, il suffit de ralentir ou de baisser davantage le trim.

Mis à part la kitchenette de pont n’équipant pas le bateau en version standard, le Sea Ray 235 Weekender offre un équipement suffisant et confortable pour partir en petite croisière à deux personnes. D’autre part, nous vous conseillons d’opter pour une puissance minimale de 260 chevaux afin de disposer d’un bateau réactif et agréable à piloter. Au final, même avec quelques options supplémentaires, ce bateau reste proposé à un prix assez attractif.

A partir de : 53 151 €
(avec 220 ch MerCruiser 4.3L MPI)

Fiche technique

Catégorie bateaux Cabin-cruisers
Long. hors tout 7,49 m
Long. de coque 6,68 m
Largeur 2,57 m
Poids 2164 kg
Puissance cons. 260 ch
Puissance maxi 300 ch
Transmission In-board
Capacité carburant 190 l
Capacité eau 30 l
Cabine(s) 1
Couchage(s) 2
Salle(s) d'eau 0
Homologation B/10 pers.
Constructeur Sea Ray
Import./distrib. Brunswick Marine




L'avis de la rédaction

Qualités marines leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Confort de pilotage leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Performances leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Confort à bord leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Circulation à bord leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Capacité de rangement leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Equipement version standard leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Design leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Détails des finitions leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Rapport Qualité/prix leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
NOTE leftrightleftrightleftrightleftrightleftright
Bon rapport qualité/prix
Nombreuses motorisations disponibles
Cabine bien aménagée
Options

Droits de francisation

Coque : 0 €
Moteur : 1 012 € avec 260 ch MerCruiser 5.0L (essence) / 0 € avec 170 ch CMD QSD2.0 (diesel)

Les concurrents - Cabin-cruisers


  • Lema - GEN S Long. : 6,65 m / Larg. : 2,50 m
    Prix. : 46 355 €
    (avec 135 ch MerCruiser 3L TKS Alpha 1)