Actualités

  • Reading: Vers une pêche de loisirs plus réglementée ?

L'actu des régions

Vers une pêche de loisirs plus réglementée ?

publié le 10 mai 2011


Le monde de la plaisance se prépare à une petite révolution avec la perspective de nouvelles règles pour la pêche de loisirs. Objectifs: préserver la ressource et éviter les conflits avec les professionnels.

Déclaration d’activité, marquage des prises, limitation des quantités pêchées, nouvelles normes concernant les tailles… Toutes ces mesures qui pourraient entrer en vigueur à l’été 2012 sont discutées depuis plusieurs mois au sein du Conseil supérieur de la navigation de plaisance et des sports nautiques (CSNPSN). L’Union des associations de navigateurs du Morbihan (Unan56), qui tenait son assemblée générale samedi, à Vannes, suit de près ce dossier qui découle du Grenelle de la mer et qui a donné lieu à la signature d’une charte encadrant la pratique de la pêche récréative. «Cette charte signée en juillet2010 comporte des principes généraux qui devront se traduire par des règles contraignantes. Ces normes seront arrêtées à l’issue d’une période probatoire de deux ans», précise Aimé Le Berrigaud, un plaisancier de l’Unan 56 qui participe aux réunions de négociation au ministère de l’Environnement.

«Obliger les plaisanciers à s’informer»
Objectif premier de cette charte: préserver les espèces. «Ce texte vise aussi à éviter que les plaisanciers ne viennent gêner l’activité des pêcheurs professionnels», ajoute Aimé Le Berrigaud en faisant référence aux cas de reventes frauduleuses de poissons pêchés par certains plaisanciers. La première mesure qui pourrait entrer prochainement en vigueur – «peut-être avant même le terme de la période de probation» -, c’est la mise en place d’un portail internet à partir duquel chaque plaisancier aura la possibilité de souscrire une déclaration d’activité de pêche. Principal avantage de cette déclaration, selon Aimé Le Berrigaud: «Elle obligera les pêcheurs plaisanciers à s’informer sur une réglementation que beaucoup ignorent». L’autre règle actuellement en discussion est le marquage obligatoire des poissons pêchés par les plaisanciers. «Il s’agit d’éviter la mise sur le marché de prises effectuées lors de pêches de loisir, précise Aimé Le Berrigaud. Mais il existe une divergence entre les plaisanciers qui souhaitent un marquage limité à certaines espèces et les professionnels qui veulent l’appliquer à l’ensemble des prises.C’est le ministère qui tranchera au bout du compte». Dans les ateliers du CSNPSN, les participants débattent aussi d’une limitation des quantités de poissons pêchées par les plaisanciers. Là encore, la notion de «table familiale», qui devrait servir d’étalon pour mesurer la pêche autorisée, n’est pas entendue de la même manière par tous les acteurs.

Divergence sur le repos biologique
Également dans les tuyaux de la négociation: de nouvelles normes sur les tailles réglementaires et le respect du repos biologique, notamment pour les espèces de poissons qui se reproduisent sur les frayères. «Les plaisanciers sont d’accord pour signer cette mesure mais il faudrait qu’elle s’applique également aux pêcheurs professionnels. Or, la charte ne concerne que les plaisanciers. Une solution devra être trouvée pour généraliser cette règle», estime Aimé Le Berrigaud.

Sud-Ouest, le 9 mai 2011