Actualités

  • Reading: Lorient > Une navette électrique pour 2012

L'actu des régions

Lorient > Une navette électrique pour 2012

publié le 26 avril 2011


Entièrement écologique, une nouvelle navette électrique, construite par les chantiers STX de Lanester, sera mise en service en juin 2012. Coût total : 3,2 millions d’euros. « C’est une première mondiale », se réjouit presque Nathalie Le Magueresse, vice-présidente de Cap l’Orient, en charge du transport, en annonçant cette bonne nouvelle. Dès juin 2012, une navette électrique verra le jour sur la rade de Lorient. D’une capacité de 150 places, elle effectuera le trajet Pen-Mané-Quai des Indes. « Nous avions une flotte vieillissante et il fallait absolument la renouveler rapidement », indique la vice-présidente.

Dix entreprises ont répondu à l’appel d’offres lancé par Cap l’Orient, après deux ans de concertation. C’est finalement la société STX France, basée à Lanester, qui a remporté le marché. « La commission d’appel d’offres de l’agglomération, réunie mardi, a retenu la société STX France pour la fourniture d’un tel bateau. Après une mise en concurrence large, la société STX a été la seule en mesure de garantir une technologie évitant complètement le rejet de gaz à effet de serre. C’est vraiment un hasard qu’une entreprise locale remporte le marché », annonce Norbert Métairie, maire de Lorient, avant d’ajouter que ce bateau, « d’un montant global de 3 231 500 € HT, sera livré à l’été 2012 ».

Ce navire « zéro émission » est équipé d’une propulsion électrique nouvelle génération. Le stockage de l’énergie électrique est assuré par l’utilisation de super-capacités. La propulsion ne fonctionnera donc pas avec des batteries, « mais plutôt à l’électricité statique. Les moteurs seront directement rechargés à quai et pourront effectuer, à plein, deux allers-retours ». Le salon chauffé et climatisé est également éclairé par des capots de toit permettant une ventilation naturelle. Deux panneaux photovoltaïques alimenteront le tout.

Dix vélos, pas plus
« Nous sommes très fiers de la confiance témoignée par Cap l’Orient agglomération », déclare Jean Roche, directeur général de STX France, Lorient. Il ajoute : « Avec le contrat de construction de la barge de mise à l’eau d’hydroliennes, STX France se positionne résolument dans le secteur des énergies propres. »

Côté capacité, en plus de ses passagers, la navette devrait pouvoir embarquer dix vélos. Pas plus ? « Non, car la navette n’est pas faite pour transporter des vélos, comme les trains régionaux », lance Norbert Métairie.

Ce navire électrique permettra de réduire drastiquement l’émission d’odeurs et d’effacer totalement toute émission de gaz à effet de serre (Co2) dans le port. Il fera, par ailleurs, sûrement considérablement évoluer le confort des passagers par une forte réduction du bruit et des vibrations.

Ouest-France, le 23 avril 2011