Actualités

  • Reading: La Côte d’Azur mise sur le marché des croisières

L'actu des régions

La Côte d’Azur mise sur le marché des croisières

publié le 8 avril 2011


En hausse régulière depuis trente ans, le marché de la croisière a su se faire une place de choix dans le paysage touristique de la Côte d’Azur, fait savoir le quotidien Nice matin.

L’année dernière, 661 500 croisiéristes ont été accueillis dans les cinq ports azuréens recevant de grosses unités : Villefranche, Nice, Antibes, Golfe-Juan et Cannes, soit près de 500 bateaux à l’escale. Les ambitions sont au moins identiques pour 2011, sachant que Golfe-Juan, qui vient juste de démarrer cette activité, doit logiquement monter en puissance dès cet été.

150 EUROS PAR JOUR ET PAR PASSAGERS

Il ne s’agit pas seulement de regarder les bateaux au mouillage, toujours plus grands, toujours plus luxueux.

« Sachant qu’un passager dépense 95e par jour et par escale, 150e si le port est tête de pont de la ligne, il y a tout intérêt à développer nos capacités d’accueil et à imaginer des synergies avec les autres acteurs comme les commerçants, les restaurateurs, etc. » ont commenté hier Bernard Kleinhoff, président de la chambre de commerce et d’industrie, et Alain Gumiel, président du French Riviera Cruise club.

UNE CROISSANCE DE 12 % L’AN DERNIER EN EUROPE

Leurs services revenaient tout juste de Miami, l’un des plus grands salons de la croisière du monde, où ils ont fait de la promotion auprès des compagnies qui proposent les destinations. Nous sommes, en effet, sur un secteur porteur, avec 5,5 millions de passagers l’an passé en Europe, soit une croissance de + 12 %.

Et les “ événements ” de Tunisie, de Libye et du Moyen Orient n’ont pas fait perdre la boussole aux navires. « C’est sans incidence sur la fréquentation de nos ports », a précisé Bernard Kleinhoff. « L’Europe demeure un marché refuge en cas de récession et de crise. Ne pouvant plus débarquer en Tunisie ou en Egypte, les bateaux se sont détournés sur la Turquie et les îles espagnoles. »
Bien placée, avec des côtes variées et ensoleillées, la France n’arrive cependant qu’en 5e position des pays les plus visités par les croisiéristes.

Après la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. il y a donc de la marge, et la Côte d’Azur se doit de prendre toute sa place dans ce développement. Cela passera par un allongement de la saison, par la synergie des membres du Club croisière (comité du tourisme, chambre de commerce et d’industrie, offices de tourisme, agents maritimes, prestataires de service, transporteurs, hôteliers et restaurateurs).

Un effort particulier de développement sera consenti pour Antibes et Golfe-Juan cette année.

NAVIGUER SUR SON PORTABLE

Autre nouveauté : un mobile guide innovant pour que les passagers puissent avoir sur leurs smartphones (Iphone et Androïd) toutes les infos utiles de leur escale : circuits touristiques, guide complet de la ville, GPS pédestre, etc. Et pour ceux qui s’inquiéteraient de l’impact écologique de ces grosses unités sur le milieu marin, Bernard Kleinhoff s’est voulu rassurant : « Les navires sont équipés d’installations allant bien au-delà des normes. On pourrait même en prendre exemple pour nos installations fixes et terrestres. »

Article paru dans le quotidien La Provence