Actualités

  • Reading: Léger souffle de reprise pour la filière nautique

Léger souffle de reprise pour la filière nautique

publié le 22 mars 2011


La deuxième édition de la convention d’affaires baptisée « Naval meetings » s’est déroulée les 16 et 17 mars derniers à Bordeaux. En forte crise depuis 2008, la filière nautique ressent un léger souffle de reprise. Deux jours d’affaires pour les entreprises d’Aquitaine et des Pays de la Loire.

Le chantier naval bordelais CNB (groupe Bénéteau) sera du 1er au 4 avril en Chine, à la deuxième édition du Hainan Rendez-vous, le « premier salon du luxe » d’Asie. Et participe à la deuxième édition de Naval meetings. Le constructeur des bords de la Garonne, spécialisé dans les voiliers haut de gamme, exposera en Chine son premier yacht à moteur ainsi que le plus grand voilier jamais construit (55 mètres) par cette société née en 1987 à l’emplacement des anciens chantiers et construction du Sud-Ouest (ACSO).

Naval meetings, le 16 et 17 mars derniers à Bordeaux

Dans le même temps, d’autres Girondins lancent un projet baptisé Greenboat. Il s’agit de construire une pinasse (15,50 mètres) destinée à la navigation sur le bassin d’Arcachon. Elle sera en pin maritime plutôt qu’en bois exotique importé.

Son moteur hybride (diesel et électrique) permettra de transporter 50 passagers et une vingtaine de vélos. Un projet de plus de 525 000 euros initié en 2008 par la Cobas (communauté d’agglomération du bassin d’Arcachon) et mobilisant les chantiers navals Dubourdieu, Nanni industries, le pôle Xylofutur.

Une diversification d’activité dans le premier cas. L’innovation éco-responsable dans le second cas.

Deux ans de chute
Ces deux exemples illustrent les pistes explorées par la filière nautique girondine pour sortir de la crise. Celle-ci a commencé en 2008. En un an, le chiffre d’affaires a chuté de plus de 20 %. Avec des dégâts. Quelques exemples : la liquidation judiciaire (en 2009) puis la reprise de Couach, la baisse du carnet de commandes de CNB, la liquidation début 2010 puis la reprise d’Uneek (sellerie)…

La crise a touché de façon plus ou moins intense un secteur constitué principalement d’entreprises artisanales pour lesquelles le nautisme représente une part variable de leur activité. Sont concernés les chantiers navals, les motoristes, les cabinets d’études, les équipementiers (électronique, menuiserie, voileries…), les distributeurs et sociétés de services… Pour la seule réparation navale (une cinquantaine d’entreprises sur le bassin d’Arcachon), le Centre de gestion Cecogeb fait état d’une baisse d’activité de 18 % en 2008 par rapport à 2007. « La concurrence est rude sur ce secteur », note-t-il et, fin 2009, après une nouvelle baisse (15 %) de chiffre d’affaires, le diagnostic était toujours qualifié de « fragile ».

« La filière a, durant les deux dernières années, traversé une crise sérieuse », analyse Éric Mabo, responsable de l’animation territoriale à la fédération des industries nautiques. « Tous les pays ont souffert, dit Frédéric Espugne-Darses, chargé des salons professionnels à CEB (Congrès et expositions de Bordeaux), les entreprises locales n’avaient donc pas la possibilité de se tourner vers d’autres marchés. »

Un moteur marin hybride
Depuis quelques semaines, des signes positifs apparaissent toutefois. Éric Mabo préfère parler d’« espoirs mesurés » à manier avec prudence mais néanmoins de « signes encourageants ». La production a légèrement repris en 2010. Les salons nautiques attirent toujours autant de visiteurs.

Les entreprises ont dans leur majorité continué à innover. Nanni industries, qui emploie 75 salariés à La Teste, a ainsi signé un contrat de croissance avec la région Aquitaine pour la période 2011-2014. Pour fabriquer le futur Greenboat, le chantier Dubourdieu, à Gujan-Mestras, n’utilisera pas de colle chimique pour assembler la coque en pin mais fera appel à un procédé non polluant. Le projet bénéficiera d’une aide de 97 000 euros de la Région et de 160 000 euros de la Cobas.

D’autres entreprises ont misé sur la diversification. CNB se tourne vers une clientèle encore plus fortunée. Le Girondin Uneek, l’un de ses sous-traitants, se lance dans la sellerie pour grand public. Les Chantiers Baudet (basés à Saint-Nazaire), autres sous-traitants de CNB, après de graves difficultés fin 2008 et l’entrée de nouveaux actionnaires, sont toujours ébénistes pour bateaux mais se diversifient dans l’agencement d’hôtels et de restaurants.

« On sent un frémissement en ce début 2011, dit Frédéric Espugne-Darses, il est porté par les nouveaux matériaux, les nouveaux procédés de construction et l’usage de produits respectueux de l’environnement. » Greenboat en est le symbole.

251
Le nombre d’entreprises de Gironde concernées par la filière nautique.

1 670
Le nombre d’emplois du secteur, principalement dans des petites entreprises.

- 14 %
Le nombre d’emplois perdus en Gironde depuis 2008 du fait de la crise nautique.

220
En millions d’euros, le chiffre d’affaires (2009) estimé de la filière en Gironde.

Source : Sud-Ouest