Actualités

  • Reading: Un yacht à moteur chez CNB

L'actu des régions

Un yacht à moteur chez CNB

publié le 1 mars 2011


Le chantier naval bordelais va exposer dans un salon pour riches Chinois la maquette du plus grand voilier qu’il ait jamais construit et de son premier yacht à moteur, fait savoir le quotidien régional Sud Ouest.

DR

Soigneusement emballées à Bordeaux dans des caisses en bois, deux maquettes de bateaux de rêve sont en partance pour la Chine. Le chantier Construction navale Bordeaux (CNB) les expédie dans l’île méridionale d’Hainan où aura lieu, début avril, le second « Hainan rendez-vous ». Destinée à une clientèle fortunée, la première édition de ce salon comptait l’an dernier parmi ses exposants des constructeurs de yachts, mais aussi de jets et d’hélicoptères privés (Dassault, Airbus, Eurocopter, etc.), désireux de partir à l’assaut d’un pays où il y a de plus en plus de riches, et où les riches le sont de plus en plus.

DES LIGNES ÉPURÉS

Pour CNB, filiale de Bénéteau, essentiellement spécialisée dans les grands voiliers de luxe construits à l’unité et dans les catamarans de croisière Lagoon, le rendez-vous d’Hainan est important à double titre. D’une part, l’entreprise bordelaise veut en profiter pour se faire davantage connaître sur le marché chinois. D’autre part, les maquettes qu’elle va présenter sont celles des deux plus gros bateaux qu’elle ait jamais développés : un yacht à moteur de 43 mètres, et un voilier de 55 mètres.

Créé par Dieter Gust et Olivier Lafourcade, que Bénéteau a maintenus dans leur fonction après le rachat de l’entreprise, CNB s’est fait connaître depuis deux décennies par ses voiliers dont la dimension a jusqu’ici varié entre 25 et 39 mètres, et dont le prix de vente peut parfois dépasser les 10 millions d’euros. Ces bateaux bénéficient d’un aménagement sur mesure et certains d’entre eux, comme le Chrisco livré en 2009 à un industriel allemand, sont de véritables chefs-d’œuvre de design, se caractérisant par une ligne et une décoration formidablement épurées.

PAS DE BLING-BLING

La clientèle de CNB a été touchée par la crise. Et la demande pour cette classe de bateaux ne redémarre que lentement. Elle semble en revanche avoir moins faiblie pour la cible encore plus restreinte des bateaux de 40 mètres et plus.

Ces facteurs ont contribué à pousser CNB à s’aventurer au-delà de son champ d’action habituel, où ses concurrents à travers le monde ne se comptent guère que sur les doigts des deux mains. D’où la décision de lancer le projet d’un yacht à moteur et du plus grand voilier jamais construit par l’entreprise.

CNB a déjà conçu des bateaux à moteur destinés essentiellement au transport de passagers dans les Caraïbes. Mais jamais jusqu’à ce jour, l’entreprise ne s’était lancée dans un projet de yacht motorisé. Olivier Lafourcade a la conviction que le jeu en vaut la chandelle, ne serait-ce que parce que le marché des yachts à moteur est infiniment plus vaste que celui des voiliers haut de gamme.

Dans l’affaire, pas question de céder au bling-bling, souvent de mise dans le domaine des grands yachts et qui se traduit fréquemment par l’empilage des ponts. « Plus les bateaux sont hauts, explique Olivier Lafourcade, et plus ils roulent », le phénomène ayant pour double effet de ne pas être très agréable pour les passagers et d’augmenter la consommation de carburant.

SALLE DE SPORTS

Pour s’aventurer dans ce domaine du yacht, CNB fait d’ailleurs équipe avec deux de ses partenaires de confiance dans les voiliers. Le design du bateau a été confié à l’architecte argentin German Frers, qui a déjà entre autres conçu pour le chantier bordelais le 104 pieds Only Now. Pour l’aménagement, CNB a choisi le cabinet Wetzels Brown, déjà retenu pour le Chrisco, et qui avait reçu dans ce cadre plusieurs récompenses internationales.

Le futur 43 mètres sera doté d’une vaste surface vitrée, d’un immense salon, d’une grande cabine propriétaire et de quatre suites doubles à l’arrière, accessibles par une vaste coursive – vitrée elle aussi – et traversant la salle des machines. Il y aura une salle de sports à l’arrière.

Dans le même élan, CNB exposera donc à Hainan la maquette de son Evoe conçu par le cabinet d’architecture naval Berret Racoupeau, et dont la longueur (55 mètres) excédera de plus de 15 mètres celle du plus gros bateau jamais construit par CNB sur les rives de la Garonne. On saura d’ici quelques semaines si ces deux bateaux de rêve ont tapé dans l’œil d’acheteurs chinois.

Article publié dans le quotidien Sud-Ouest