Actualités

  • Reading: Test d’un bateau dépollueur à Saint-Cyprien

L'actu des régions

Test d’un bateau dépollueur à Saint-Cyprien

publié le 18 février 2011


Mis à l’eau dans le port cyprianenc, le « In’Clean » est un bateau mi-barge mi-catamaran dont la destination est la collecte de déchets en mer, lac et fleuve. Un prototype mis au point par une société perpignanaise et qui semble déjà susciter l’intérêt de collectivités, indique l’Indépendant Catalan.

Frédéric Vennarecci / L’Indépendant Catalan

Le In’Clean mis à l’eau et testé mardi matin dans le port avale les déchets en suspension sur l’eau comme un aspirateur des miettes.
Petit, léger, maniable, ce bateau dépollueur a été pensé à Perpignan par la société JCFrance industrie. Jusqu’ici spécialisée dans la fabrication de filtres et d’égrilleurs pour le traitement des eaux usées, JCFrance industrie se lance donc sur le marché de la dépollution.

UN OUTIL A 92 000 €

« La particularité de notre bateau est son système de collecte des déchets. Un système automatique qui prélève les matières en suspension dans l’eau : plastiques, feuillages, branchages… et les rejette dans un container », explique José Arnau, directeur de la société qui vient d’acquérir un terrain sur le site de Torremila, au nord de Perpignan, pour y construire une unité de 1 400 m2 destinée « à réaliser notre matériel de filtrage ainsi que le système du bateau ».
Car l’homme croit ferme en son invention et son système breveté « In’Clean » : canalisation des déchets, déplacement rapide, légèreté et maniabilité de la structure. « Six personnes ont travaillé à la mise au point de ce prototype pendant cinq mois », précise José Arnau qui entend commercialiser son bateau dépollueur pour 92 000 euros l’unité.

UNE CLIENTÈLE DÉJÀ SÉDUITE

« Il y a beaucoup de clients potentiels, assure le directeur de JCFrance industrie, les municipalités du littoral, les ports, les lacs, les canaux comme le Canal du Midi, les fleuves aussi ».
En attendant de remplir les carnets de commande, et après avoir participé au salon Pollutec de Lyon au cours duquel « des Bretons se sont montrés intéressés », la société perpignanaise a donc noué un partenariat avec la commune cyprianenque.
« Le bateau est mis à disposition pour une durée d’un an, détaille José Arnau, ça permet à la fois de le faire évoluer et d’assurer des démonstrations pour les clients intéressés ».

Article publié dans l’Indépendant Catalan