Actualités

  • Reading: MerCruiser > 50 ans d’innovations

MerCruiser

MerCruiser > 50 ans d’innovations

publié le 16 février 2011


MerCruiser l’une des plus emblématiques marques de sterndrive au monde, souffle ses 50 bougies en 2011. A cette occasion Brunswick, géant de l’industrie nautique et fondateur de la marque, revient sur ce demi-siècle d’innovations. Une histoire passionnante à découvrir ou à redécouvrir sans tarder.

MerCruiser est la marque sterndrive qui a le plus de succès au monde, même si le fondateur de Mercury Marine, Carl Kiekhaefer, n’était pas certain que ce produit soit viable dans le temps.
Quand les ingénieurs Mercury ont présenté à Carl Kiekhaefer un croquis de moteur sterndrive au milieu des années 1950, il demanda à ses employés d’arrêter de perdre leur temps ; en effet, la compagnie de Kiekhaefer était connue pour la qualité supérieure de ses moteurs hors‐bord et toute diversion pouvait entrainer une perte de marché.
« Mon père pensait que c’était vraiment une mauvaise idée », dit le fils de Carl et Président de Mercury Racing, Fred Kiekhaefer. « Il était très concentré sur les hors‐bord à cette période et ne voulait pas se disperser sur une nouvelle technologie ».

La technologie sterndrive, qui se caractérise comme étant un moteur inboard situé à l’arrière du bateau et par une embase qui ressemble à la partie basse d’un hors‐bord, avait été commercialisée sans succès à deux reprises dans les années 1930.
Lorsque le concurrent Volvo Penta a sorti le tout premier sterndrive moderne au salon nautique de New York en 1959, Carl Kiekhaefer a rapidement changé d’opinion. « Quand Volvo est arrivé avec son sterndrive, cela a capté toute l’attention de mon père. Une très mauvaise idée devenait soudain une très bonne idée » dit Fred Kiekhaefer.
Carl Kiekhaefer a mis son équipe d’ingénieurs moteur au travail avec comme objectif de créer une meilleure et plus puissante version. Le sterndrive de Volvo développait 80 cv – seulement 10 cv de plus que le hors‐bord Kiekhaefer le plus puisant en 1959.

A cette époque, les moteurs hord‐bord étaient limités à la puissance qu’ils pouvaient délivrer. Il était impossible de produire un hors‐bord plus puissant sans augmenter fortement les coûts.
Pensant que Volvo Penta avait fait une erreur en ne voulant pas créer de moteur plus puissant, il demanda à ses ingénieurs de faire en sorte que MerCruiser soit la meilleure marque de moteur sterndrive sur l’eau. Après des essais du moteur réalisés à l’usine de Mercury Marine à Fond Du Lac, Carl Kiekhaefer l’envoya au célèbre Lac X en Floride. Tout fût réalisé en secret jusqu’à ce que Carl Kiekhaefer soit convaincu qu’ils avaient produit un bijou. Fred Kiekhaefer, qui travaillait sur l’installation durant ses vacances d’été, préparait le tout premier MerCruiser pour les essais.
« J’étais au bon endroit au bon moment », dit Fred Kiekhaefer.
Après des essais très concluants au Lac X, Carl Kiekhaefer fut satisfait des performances obtenues par le sterndrive MerCruiser.
Le premier sterndrive MerCruiser fût présenté à l’occasion du salon nautique de Chicago en 1961. La gamme comprenait des modèles de 125 à 200cv. A coté, la concurrence présentait des moteurs plus faibles et plus lents.

L’invention du sterndrive – et spécialement avec MerCruiser – changea les choses et Kiekhaefer le savait.
Fred Kiekhaefer ajoute : « Il a compris clairement que c’était réellement une bonne idée ».
Adapter des moteurs de l’automobile pour le nautisme fut la manière la plus facile et la plus rentable pour augmenter la puissance d’un moteur de bateau.
« Nous avons su utiliser le fer de Detroit, » dit Fred Kiekhaefer. « Il était plus rentable d’utiliser la technologie de l’automobile. »
A la différence des moteurs inboard, qui nécessitent un gouvernail pour diriger le bateau, le sterndrive était polyvalent. Pour la première fois sur un moteur non hors‐bord, le pilote avait la possibilité de contrôler à la fois la direction et l’assiette du bateau. Le moteur sterndrive permet d’avoir une cabine plus spacieuse qu’avec un moteur inboard et permet de mieux répartir des poids.
Tout comme un moteur hors‐bord, le succès du sterndrive est axé sur l’utilisation de la poussée vectorielle pour les manœuvres en marche avant et en marche arrière.

« Comme pour le moteur hors‐bord, la manœuvrabilité caractérise le moteur sterndrive. Son succès vient de la direction et la position de trim. C’est différent d’un moteur inboard » dit Fred Kiekhaefer.
En raison de sa conception innovante, les chantiers et le public ont mis du temps à accepter la technologie sterndrive. Comme pour toute nouveauté, le public attendait de voir si la technologie convenait.
« Il aura fallu du temps avant que les gens comprennent comment fabriquer des bateaux un peu différents de ceux qui étaient produits pour les moteurs inboard de l’époque », dit Fred Kiekhaefer. « Leurs coques ont été modifiées pour pouvoir recevoir ces nouveaux moteurs. »
Quelques années plus tard, des dizaines de chantiers équipaient leurs bateaux de moteurs sterndrives. Les moteurs MerCruiser sont devenus incontournables, notamment dans le racing avec une très forte progression de ventes pour atteindre 80% de part de marché.
« Notre réputation a été construite dans le racing » dit Fred Kiekhaefer. « Il était inconcevable pour mon père de laisser son concurrent gagner des courses de bateaux. Nous avons alors continué à gagner et gagner encore. »

MerCruiser représentait non seulement une très grande partie du marché des moteurs sterndrive, mais la marque gagnait rapidement des parts sur celui des moteurs inboard. A cette époque, les courses offshores étaient organisées en mer agitée – quelque fois avec des vagues de 10 pieds ‐ à plus de 100 km/h. Un bateau motorisé inboard a été pris par une grande vague et a percuté la suivante. Cela fut très dangereux pour le pilote à bord.
Le moteur sterndrive avait un meilleur comportement. La possibilité de trimer l’hélice permettait de rester en haut des vagues et de manœuvrer plus aisément en mer agitée.
« Les courses en mer ont démontré que les moteurs sterndrive étaient parfaitement résistants dans des conditions aussi extrêmes », dit Fred. « Elles ont été spécialement étudiées pour subir des conditions en mer difficiles. »
La polyvalence et la vitesse ont rapidement conquis le public américain. MerCruiser s’est très vite répandu sur un marché qui n’existait pas quelques années auparavant.

Les moteurs hors‐bord sont restés populaires sur les unités légères, de moins de 18 pieds ou plus petits, mais MerCruiser est rapidement devenu le package moteur privilégié sur les plus grosses unités.
Une décennie après la sortie du premier moteur MerCruiser, les ventes de produits sterndrive explosaient. En 1971, la compagnie sortait le 9ème moteur de la gamme, le MerCruiser 888, un moteur V8 de 188cv qui disposait d’un échappement par hélice et de la fonction trim.

La compagnie sortait ensuite son premier package jet drive, le MerCruiser Jet 400, un moteur V8 de 375cv. Un an plus tard, le package sterndrive « Blue Water In‐Line » était lancé sur les marchés loisirs et professionnel. Les moteurs – de 198 à 330cv – apportaient fiabilité supplémentaire et performances aux plaisanciers qui aiment partir au grand large.
Vers 1985, plus d’un million de moteurs sterndrive MerCruiser ont été vendus et les embases MerCruiser les plus connues allaient sortir. MerCruiser sortait les premières embases Alpha et Bravo en 1986 et 1987, ainsi que trois moteurs Magnum plus spécialisés pour le ski nautique à la fin des années 1980 et début des années 1990. La popularité des embases Alpha et Bravo fait la renommée de MerCruiser tant dans le monde de la plaisance que dans celui du racing. Le 15 mars 1995, les ventes de moteurs MerCruiser atteignaient les deux millions d’unités.

Aujourd’hui, MerCruiser conserve sa position de leadership grâce à son innovation et à la fiabilité de ses moteurs sterndrive reconnues partout dans le monde. La gamme MerCruiser comprend aujourd’hui plus de 20 packages sterndrive et propose des options comme Axius, système révolutionnaire de contrôle d’accostage et de navigation qui permet de manœuvrer précisément grâce à la fonctionnalité de son joystick et la prise en main intuitive, ou le Système SeaCore, système qui permet de protéger le moteur contre la corrosion.

Source : Brunswick