Actualités

  • Reading: Marseille : un parc des calanques en 2011

L'actu des régions

Marseille : un parc des calanques en 2011

publié le 15 février 2011


À la fin 2011, le premier parc national périurbain pourrait être créé aux portes de Marseille fait savoir le journal Le Figaro.

Le premier parc périurbain européen verra le jour fin 2011. Dans moins d’un an, Marseille aura à ses portes le premier parc national créé en métropole depuis 1979 et le troisième parc périurbain au monde après ceux du Cap et de Sydney. Ce sera à la fois un parc terrestre et marin. Une étape majeure a été franchie vendredi dans la création du parc des Calanques avec le vote de son périmètre (à 79%), de sa charte (82%) et de sa gouvernance (58%) par l’assemblée générale du groupement d’intérêt public (GIP) qui porte ce projet depuis douze ans.

Une forte majorité s’est dégagée alors que le jour même, des plaisanciers et des pêcheurs, pourtant représentés au GIP, manifestaient en mer et bloquaient les entrées du port pour faire entendre leur opposition aux conséquences redoutées de la création du parc. «Je pensais qu’avec le retrait de la zone sud de la baie de Marseille et des îles du Frioul du cœur de parc, c’était de nature à les satisfaire», regrette Guy Teissier, le président du GIP. Le préfet a créé un guichet unique avec un haut fonctionnaire pour étudier ce qui peut encore être amélioré.

UN ART DE VIVRE

«On est arrivé à un point de consensus pragmatique qui satisfait tous les maires et dégage une majorité auprès des usagers», note encore Guy Teissier, qui souligne qu’il aura fallu douze ans, dont les deux dernières années de concertation avec 600 heures de débats, pour y parvenir.

Les 20 kilomètres – le double si on suit le linéaire côtier au plus près – de côtes sauvages, entre Marseille et Cassis, ont besoin d’être protégés. Les calanques, sortes de fjords calcaires, attirent près de deux millions de visiteurs par an. Tout au long de l’année, et plus particulièrement dès les beaux jours, elles sont prises d’assaut par les randonneurs, les grimpeurs, les chasseurs, les plaisanciers, les plongeurs, les pêcheurs, les bateliers… Elles attirent les touristes mais sont surtout le parc des Marseillais qui ont élevé au rang d’art de vivre les fameux cabanons nichés au creux des calanques de Sormiou, Morgiou ou Callelongue.

Cependant, la création du parc crée des contraintes que tout le monde n’accepte pas. Le périmètre a finalement été sensiblement réduit pour arriver à un consensus: ainsi en sont sortis la rade sud de Marseille, la ville de Cassis, ses vignobles ou encore la calanque de Port-Miou… Le «cœur terrestre» atteint 8400 hectares dont, 420 de réserve intégrale, et le «cœur marin» près de 42.000 hectares, dont 10,5% sont interdits à la pêche. Un résultat que les écologistes trouvent, pour leur part, insuffisant. Le processus est toutefois loin d’être terminé. Guy Teissier ira défendre le parc mardi devant le Conseil national de protection de la nature.

Dans la foulée, un conseil interministériel se réunira. Une nouvelle version de la charte et du périmètre sera alors élaborée. Puis une enquête publique sera lancée cet été. In fine, après validation du Conseil d’État, le parc sera créé par décret signé par le premier ministre.

Article publié dans le Figaro