Actualités

  • Reading: Les quais de la Garonne en fête

L'actu des régions

Les quais de la Garonne en fête

publié le 14 février 2011


Après avoir repris possession des quais rénovés – leur lieu de promenade préféré – les Bordelais vont dorénavant reconquérir les eaux de la Garonne, fait savoir le quotidien Sud-Ouest.

Photo : Sud-Ouest

2011 vient d’être baptisée « Année du fleuve ». Tel un cachet de La Poste, un label officiel en fait foi sur les affiches et communications de la Ville et un programme d’animations a été mis… sur l’eau, vendredi, par Alain Juppé. Au milieu du fleuve, il va sans dire, à bord de la péniche « Sorellina », le bateau que gère l’association des Gens de l’estuaire.

UNE JUSTE RÉCOMPENSE POUR LE FLEUVE

Cette série d’animations a pour objectif de célébrer la renaissance du port de la lune, un port trop longtemps délaissé lorsque les activités portuaires ont quitté Bordeaux centre pour s’installer à Bassens. Il a fallu que les hangars soient détruits et que l’architecte paysagiste Michel Corajoud passe par là pour que l’on redécouvre le fleuve.

Un comble car sans cette Garonne, Bordeaux n’existerait pas. Ce que se plaît à rappeler Alain Juppé en citant Camille Jullian : « Bordeaux est un présent que la Garonne a fait à la France. C’est le fleuve qui l’a créé, plutôt que les hommes. Il a été la raison d’être de son existence avant de devenir l’arbitre de ses destinées. »

DES BATEAUX DE PLUS EN PLUS NOMBREUX

La fête, c’est bien mais il faut avant tout des bateaux. Il y aura deux nouveaux « locataires » en cette année du fleuve. « Princesse d’Aquitaine », le bateau de croisières fluviales de Croisieurope a choisi Bordeaux comme port d’attache, et le quai des Chartrons comme point d’amarrage.

De leur côté, les « Croisières Burdigala » annoncent l’arrivée en mars d’un nouveau bateau-mouche de 150 places. L’ex « Paris-Grenelle » qui effectuait jusque-là des navettes sur la Seine. Il va être réaménagé et devenir « l’Aquitania » pour assurer des excursions Unesco.

Beaucoup de navires seront également de passage. Une vingtaine d’escales de paquebots est d’ores et déjà annoncée. Le « Fram » ouvrira la saison le 11 avril. En attendant le « must » pour l’année prochaine : la mise en service de bateaux-bus, des navettes permanentes sur le fleuve.

DES INSTALLATIONS DE PORTS DE PLAISANCE

Pour que les bateaux viennent, le port de la lune va également s’équiper, avec l’aide financière des collectivités locales, pour accueillir les plaisanciers. Les trois pontons rive droite ont été réaménagés, un ponton vient d’être installé à hauteur du quai des Chartrons et, cerise sur le gâteau, un maxi-ponton de 160 mètres de long va prendre place quai de Richelieu soit au plus près du centre-ville.

Ce maxi-ponton pourra accueillir des bateaux de tous les gabarits (jusqu’à 900 tonnes.) « Nous allons enfin pouvoir accueillir les touristes qui se plaignaient ne pas pouvoir venir à Bordeaux en bateau », note Stéphan Delaux, président de l’office du tourisme de Bordeaux.

DES ANIMATIONS VOULUES PAR TOUS

Le programme d’animations révélé vendredi (et que l’on peut consulter sur www.bordeaux.fr) n’est pas la seule volonté de la Ville de Bordeaux. C’est celle d’un ensemble d’entreprises ou associations qui gravitent autour du fleuve. Autant dire, une vraie mobilisation pour que la Garonne revive, chacun prenant à son compte l’organisation et le financement de son animation.

À titre d’exemple, les propriétaires de bateaux-promenade ont bâti un programme de balades au fil de l’eau jamais égalé. Avec de toutes nouvelles destinations. Comme la découverte de l’île d’Arcins (enfin ouverte au public) ou une rencontre avec le mascaret.

Ceux qui n’ont pas le pied marin pourront se contenter des visites, expositions ou rendez-vous proposés « à terre ». Ici, ce sera l’embarras du choix. Quelques innovations aussi au fil des mois comme la projection de films sur le fleuve en plein air dans le cadre du festival du film naval en septembre.

LA FÊTE DU FLEUVE AU CŒUR DU PROGRAMME

« Bordeaux fête le fleuve », les 18 et 19 juin, sera évidemment l’un des temps fort du programme.

Grâce aux nouvelles installations nautiques (dont le maxi-ponton), cette fête va pouvoir servir de cadre à de nouvelles animations. Exemples : le Naish Stand Up Paddle City Tour (avec une centaine de concurrents), une régate de bacs à voile, le départ de la régate Bilbao-Bordeaux ou encore la seule épreuve française de trainières, une course née en Espagne avec des barques de pêcheurs conduites par 13 rameurs. De grands voiliers évidemment aussi comme « La Belle Poule » et « Le Belem » et les vieux gréements habitués du port de la lune.

Sur les quais, Laurent Maupilé, délégué général de Bordeaux Grands Événements, promet aussi plus d’animations que d’habitude sans oublier les grandes soirées musicales et les inévitables feux d’artifice tirés sur l’eau.

UN FLOTS DE SURPRISES

Plein de surprises sont aussi à attendre en cours d’année dont celle, pour l’instant gardée secrète par Michelangelo Pistoletto, le directeur artistique d’Evento, la biennale d’art contemporain qui se tient en octobre. Une partie de l’événement sera tournée vers le fleuve. Sur les quais, sur l’eau. Mystère !

Article publié dans Sud-Ouest