Actualités

  • Reading: Une station de pompage en libre service à Saint-Tropez

L'actu des régions

Une station de pompage en libre service à Saint-Tropez

publié le 10 février 2011


Une station de pompage en libre service vient d’être installée sur le port de Saint-Tropez. Celle-ci permet de récupérer les eaux grises et noires des bateaux, ainsi que les eaux de cale chargées en hydrocarbures et en huile, fait savoir le quotidien Var Matin.

Photo : Var Matin

Premier test. Et celui-ci semble concluant pour la mise en route de la station de pompage qui se dresse dorénavant au bout du quai Condroyer, devant la capitainerie. Un outil à même de permettre la récupération des eaux noires et grises d’un bateau. Tout comme les eaux de cales chargées en hydrocarbures et huiles.

Sur le quai, les deux réseaux de collecte seront séparés. Ainsi, les eaux noires seront rejetées dans le circuit des eaux usées de la ville. Quant aux eaux de cales, elles seront évacuées dans des cuves spécifiques et traitées dans un débourbeur.

Ces transformations interviennent dans le cadre de l’opération port propre qui vise à se mettre à jour avec les règles environnementales. La phase de diagnostic pour évaluer l’impact du port sur l’environnement est intervenue au cours du premier semestre 2010.

PRESTATION GRATUITE

Cela peut paraître étonnant, mais cette prestation sera gratuite pour les plaisanciers, sachant que l’investissement pour cet appareil s’élève à 25 000 euros.

« Cet aspect environnemental est nécessaire, appuie le directeur de la Sema, Alexis Ellul. Si on ne met pas tous les moyens pour la collecte de ses eaux usées, cela ne fonctionnera pas. Il faut qu’on favorise ce mouvement pour éviter que les plaisanciers ne rejettent en mer ».

La station de pompage a été positionnée au quai d’accueil à côté du poste d’avitaillement. Et ce n’est pas un hasard. Cela facilitera sans aucun doute le réflexe des navigateurs au moment de remplir les cuves de carburant et de voguer vers d’autres rivages. « On ne l’a pas mise à l’abri du client », rajoute-t-il.

L’outil est configuré pour absorber le passage d’une grande quantité de bateaux. Le véritable test aura donc lieu pendant la saison estivale, moment où les activités de plaisance battent leur plein.

LES FUTURS AMÉNAGEMENTS

Ce sera d’ailleurs une station en « auto-service ». Au poste de carburant, les plaisanciers seront toutefois épaulés par des saisonniers. Il ne s’agit là que d’une première étape pour cette opération port propre. Ainsi, la mise en conformité de l’aire technique va se poursuivre. Après la réfection de cette aire, elle devra elle aussi répondre aux nouvelles normes environnementales.

En résumé, la collecte des eaux de carénage, – et plus particulièrement les eaux de pluie -, sera améliorée par un système de caniveaux, et un revêtement étanche. Un projet qui oscille autour de 400 000 euros dont 40 à 45 % d’aides allouées par le conseil régional, l’Ademe, l’Agence de l’eau, la Dreal. L’aire de carénage disposera enfin d’un point d’apport pour trier toute sorte de déchets : batterie, filtres, bombes aérosols, peintures, que la Sema se chargera de faire recycler.

A moyen terme, des travaux d’affouillement, devenus nécessaires après 40 ans d’exploitation du port, parachèveront cette opération d’envergure. Plus proche, entre le 21 février et le 25 mars, l’intégralité des bornes de quai sera changée, avec la refonte du réseau électrique et d’eau. Un budget de 95 000 euros a été débloqué pour l’installation de ces 77 bornes.

Var Matin. Article publié le jeudi 10 février